Accueil Découvrir le Village Histoire Infos locales-Que faire Que voir

 

         SPORTS  ET  LOISIRS

  Tourisme
  Villes et Villages  d'autrefois
  Balade  Découverte du Madiran
  Hagedet Château Féodal
  La Pétanque
  Randonnées
  Exposition

image_info_blank.gif (289 octets)
Balade découverte du Madiran
Itinéraire: De Lahitte-Toupière direction Lembeye,départ du circuit, ne manquez pas la tour-porte du XIII siècle
et le beau portail gothique de l'église.
Prenez la D 13 direction Aire s/Adour et faites halte au château Arricau-Bordes.
Longez l'église de Séméacq, et allez rejoindre l'église romane de Lasserre (croix de Malte de 1472).
Rejoindre le château de Crouseilles en remontant la belle cascade de vignes.
Prendre la D 292 jusqu'à Arrosès et rejoignez Aydie, patrie de bons vignerons puis Maumusson le château Bouscassé.
Direction Madiran, étape obligée. Maison des vins.Rue de l'église, dans l'ancien prieuré.
Retour par Soublecause, Lascazères et Vidouze.
madiran02.jpg (96010 octets)
A Savoir :
Office de tourisme du Vic-Bilh, à Lembeye. Tél :05 59 68 28 78.
Chai Doléris de Lembeye sur la D943 direction Pau, en bas de Lembeye.
Ouvert à l'année mardi-samedi. 05 59 68 20 79.
Chai du château d'Arricau-Bordes. Ouvert à l'année du lundi au samedi. Tél 05 59 68 13 97
Cave de Crouseilles 9 heures à 13 heures, tous les jours; dimanche de 10 heures à 19 heures. Tél 05 59 68 10 93
Château Bouscassé, à Maumusson en été tous les jours, de 9 heures à 18 heures. Tél: 05 62 69 74 67.
La Maison des vins du Madiran et du Pacherenc rue de l'église, dans l'ancien prieuré. Tél  05 62 31 90 67
Fête du Madiran au village le 14 et 15 Août.

Lembeye01.gif (4159 octets)
Lembeye

logo-mousquetaire.jpg (8219 octets)

crouseilles.jpg (9538 octets)chai-arricau.jpg (9964 octets)arricau-bordes.jpg (8841 octets)

separateur_petit.gif (920 octets)

 

 

HAGEDET

Image4.jpg (27786 octets)

Image7.jpg (22459 octets)

Image5.jpg (13769 octets)

Petite commune du canton de Castelnau-Rivière-Basse de 221 hectares mi-plaine, mi-coteau.
Hagedet ou Fagedet, de Fagedeto au 11 ème siècle, semble tirer son nom de deux mots latins : fago et dato, ce qui signifie donné au dieu Fagus.
C'est un petit village placé sur la "Poutge", voie romaine secondaire. C'est sur cette même voie, qu'avait été édifié un château, habité dès le 11 ème siècle par un Abbé Lay qui avait toutes les prérogatives d'un seigneur en même temps que les charges.
D'où le premier blason, attribué par Jean Larcher au Révérend Père Etienne, abbé de l'église Saint Michel de Hagedet vers l'an 1080, et que l'on décrit comme suit : "Ecu, au chef de sable (noir) à bande d'argent (rappel voie romaine), portant en son centre d'azur une crosse épiscopale d'or surmontée d'une étoile de mesme, celle-ci encadrée par deux croix d'argent."
Parmi les familles qui se succèdèrent à la seigneurie d'Hagedet, on peut citer:
- les de Saint-Lanne (13 et 14 èmes siècles) par mariage de l'un d'entre eux avec l'une des damoiselles d'Arssaud Guilhem de Hagedet :
- les de Béarn (15 ème siècle), par le mariage d'Anthony de Béarn, baron de Doumy et Bonnegarde, avec Catherine de Saint-lanne;
- les de Lalanne, à la suite du mariage en 1565 de Jourdain de Lalanne de Simacourbe, lieutenant et conseiller du roi de Navarre à Pau.
D'où le second blason cité par Jean Larcher, portant sur fond rouge aux 1 et 4 une lande d'or, et aux 2 et 3 un lion d'or.
Bien aménagé au 15 ème siècle, le château d'Hagedet fut dévasté par "Lous Patacassès" de Labatut-Rivière. En 1579, le seigneur de Saint-Lanne d'Hagedet se battit en duel jusqu'à ce que mort s'en suive, avec Antoine de Rivière, chevalier et vicomte de Labatut-Rivière.

sources : Jean védére, "Blasons et Armoiries des Hautes-Pyrénées", extraits parus dans la Nouvelle République, 1957, Archives Départementales de Tarbes.

    

Association des Compagnons de la Motte de Hagedet

      LE CHATEAU DE HAGEDET
Historique
La première mention connue de hagedet, date de 1080. Un certain Etienne est seigneur du lieu. Ce personnage important obtiendra par la suite la charge de Prieur de Madiran.
AU XIIe siècle, en 1175 exactement, les moines-chevaliers de "l'ordre de l'Hospital", sont signalés à Hagedet.
Suite à la guerre qui opposa en 1256, les bigourdans aux béarnais, la vicomté de Rivière-Basse dépendant jusqu'alors du comté de Bigorre, sur laquelle se trouve Hagedet, passe durant un demi-siècle sous tutelle directe de la maison Béarnaise.
En 1300, Jean d'Hagedet, prête hommage, pour sa personne et son château, au comte d'Armagnac.
C'est au XVes., sous Arnaud-Guilhem de Hagedet, que la famille s'unit par mariage aux Saint-Lanne, devenant alors une des plus puissantes de la région.
L'un des dernier seigneur ayant résidé à Hagedet, semble être Raymond-Bernard de Saint-lanne, qui en 1501, fait son testamant à Hagedet dans la "salle seigneuriale" et désire être enterré en "l'église Saint-Michel de Hagedet où sont les tombeaux de ses prédécesseurs".
Enfin c'est au cours des Guerres de Religion que le château aurait été pris et détruit.
En 1658, le livre terrier de la commune ne le signale que comme "murailles ruinées".
Plus de 600 années de vie se sont donc écoulées sur ce site.

Descriptif
Le château de Hagedet est composé d'une série de terres rapportés. Le plus important des ces tertres est nommée "motte" et adopte une forme tronconique. Ce tertre est précédé d'une esplanade dénommée "basse-cour ou bayle". Motte et bayle sont défendu par des lignes de palissades disposées au sommet de talus eux-mêmes protégés par des fossés.
Au sommet de la motte se trouvait un bâtimant de forme octogonale, où résidait le seigneur et sa famille. Dans la basse-cour étaient disposés les communs (écurie, logements divers, greniers, etc...).
A l'origine en bois, les constructions furent remplacées, peut-être au XIII e s., par une maçonnerie de galets de rivière liés à la chaux. Nous en voyons aujourd'hui les vestiges.
Sur la motte, ceinturant le bâtiment central, se développe un mur nommé "chemise" ; sorte de clôture défensive.
Un négatif de charpente
Le bâtiment central conserve le négatif d'une ossature en bois, conservé dans l'épaisseur du mur ouest.
Il pourrait s'agir :
- soit de la première contruction en bois, qui se serait pour ainsi dire "noyé" dans la nouvelle structure maçonnée,
- soit d'un coffrage interne charpenté assurant le maintient de la construction en galets.

                                   Fabrice-Pierre CHAMBON



Image10.jpg (28157 octets)

Image6.jpg (36695 octets)

Image9.jpg (44246 octets)

Image11.jpg (207199 octets)

separateur_petit.gif (920 octets)

 

 

   Accueil  -   Découvrir le village  -  Histoire  -  Tradition   -  Infos Locales  - Que faire Que voir -

site personnel :   joseph.caillau@wanadoo.fr